Mise à jour le 04 janv. 2022
Publié le 4 janvier 2022 Mis à jour le 4 janvier 2022

" Après une maîtrise d’allemand et 21 ans en qualité d’enseignante dans le secondaire, j’ai décidé de reprendre mes études à plus de 50 ans. J’ai été informée par mon établissement de l’existence de la formation et ce fut une évidence pour moi qui était « tombé dans la marmite » du féminisme à l’âge de 14 ans. Je m’étais jusque-là toujours auto-formée.

L’organisation de la formation et l’aménagement proposé par le principal de mon établissement me permettaient de continuer d’exercer mon métier d’enseignante tout en suivant la formation.
Le contenu de la formation allait au-delà de mes attentes grâce une équipe enseignante au top !
Les Cours Magistraux ont donné une structure à mes connaissances.
J’étais assez stressée à l’idée de réaliser un mémoire mais j’ai été très bien préparée et accompagnée grâce à ma tutrice de mémoire. Aujourd’hui encore je ressens la satisfaction d’avoir appris à faire un mémoire de master.
L’écoute de l’équipe pédagogique se traduit aussi par l’adaptation au public en formation continue et aux contraintes qui lui sont propres.

Aujourd’hui je suis référente égalité filles/garçons dans mon établissement et je continue à mettre en pratique les enseignements que j’ai eus dans la formation. Nous sommes maintenant 2 référent.es au sein de mon établissement en charge de l’éducation à la sexualité. C’est la preuve que des formations comme celle du Master Égalités sont nécessaire dans notre pratique. Il faudrait maintenant une reconnaissance des institutions de cette activité et il y a même besoin d’un poste à temps plein pour pouvoir accompagner les élèves dans nos établissements et les sensibiliser à la question du genre.

J’ai déjà recommandé la formation à une personne de mon entourage et j’encourage vivement tous.toutes les professionnel.les, quel que soit leur âge et leur parcours, de se former à la question du genre. "